Chêne liège

Elements d'identification

Nom latin : Quercus suber
Famille : Fagacées
Epineux :
Non
Disposition des feuilles :
Alternée [?]
Forme de la feuille :
Allongée [?]
Contour de la feuille :
Lisse [?]

Noms français

Chêne liège, Corcier, Suve, Surier, Sioure

Description détaillée

Chêne liège : Quercus suber. Appartient à la famille des Fagacées.

Feuille

Feuilles alternes, petites (longues de 3-5 cm), à court pétiole, coriaces, plus ou moins dentées. Face supérieure bombée et vert glauque, face inférieure vert clair, plus ou moins pubescente jeune.

Tige

Tronc court, flexueux à écorce liégeuse épaisse, boursouflée et crevassée.
Jeunes rameaux d'abord pubescents, puis lisses et gris.

L'épaisse écorce protège le tronc et ses parties vitales de l'incendie de forêt, c'est un arbre qui ne craint pas le feu, uniquement si le liège n'a pas été récolté dans les précédentes années.

Fleur

Fleurs unisexuées : les mâles en chatons pendants jaunâtres, les femelles minuscules.

Glands allongés (longs de 2-3 cm), rouge brique, dans une cupule à écailles inégales, murissant en 2 ans.

Odeur

Distribution géographique

Assez commun en région méditerranéenne (Maures, Estérel,Roussillon, Corse) et dans le Sud-Ouest (Landes, au niveau du littoral surtout), Lot-et-Garonne ; dissiminée le long de la vallée de la Garonne. Jusqu'à 800 m : étage mésoméditerranéen et collinéen.
Méditerranéo-atlantique.

Milieux

Bois clairs, landes, maquis, en mélange avec le Chêne vert, le Chêne pédonculé, le Pin maritime.
Chênaies méditerranéenne, forêts du littoral atlantique, chênaies thermoatlantiques.

Le chêne liège ne meurt pas après un incendie de forêt, son écorce très épaisse protège ses parties vitales, les jeunes rameaux meurent, mais l'arbre rejette et repars assez rapidement. Seuls les jeunes sujets et les sujets dont on vient de prélever leur liège meurent dans les incendies.

Données autécologiques

Espèce thermophile, héliophile, xérophile à mésoxérophile.
Caractère indicateur : mésoxéroacidiphile à large amplitude, thermophile.

Culture

Utilisation

Médecine (propriétés)

Bois très dense et très dur, gris-brunâtre à brun rougeâtre, à aubier distinct ; très difficile à travailler ; contient beaucoup de tanin.

Cuisine

Usages

Peu utilisé (autrefois) : en construction, construction navale de qualité inférieure, pièces de machines (pour sa dureté), menuiserie ; impropre à la fabrication du merrain (se fend mal).

Combustible et charbon de bois d'excellente qualité.

Produit principal : le liège (bien des défauts du bois sont d'ailleurs dus à l'exploitation antérieure du liège).

La culture du chêne liège pour son écorce s'appelle la subériculture.

La récolte du liège et son utilisation remontent à plus de 500 ans av. J.-C., mais c'est au XVIIème siècle qu'elle prend un grand essor, ceci grace au moine bénédictin, Dom Pérignon. En effet celui-ci utilise des bouteilles en verre et des bouchons en liège pour conserver les vins mousseux. C'est l'utilisation la plus connue, bien que le plastique fasse son apparition. Mais le liège connait un autre débouché, la confection de panneaux d'isolation thermique, acoustique et vibratoire. Il peut aussi servir de joint d'étanchéité. Le liège se récolte en deux temps, la première récolte dite du liège "mâle" s'appelle le démasclage, puis celle du liège "femelle", la levée. Le liège femelle se développe une fois le liège mâle écorcé, c'est une deuxième écorce qui pousse quand sa protection naturelle est retirée. Le liège femelle sert au bouchonnage.

Dictons et anecdotes

Protection

Article wiki sous licence Creative Commons - Modifié le 06 décembre 2012 - Historique - Discuter de cet article

Quelques photos de Chêne liège

chênes-liège
Chêne liège
Chêne Liège sur un rocher
Ecorce chêne liège
Quercus suber-Flore Estérel
Quercus suber
Quercus suber
Chêne-liège: écorces
Chercher dans Visoflora
Application Visorando pour Android
Plantes à identifier au hasard
16 visiteurs connectés dont 3 Visofloriens : nmbdwcppp, Papy 6811, mamiemonique