Grémil pourpre bleu

Elements d'identification

Nom latin : Buglossoides purpurocaerulea
Famille : Boraginacées
Disposition des feuilles :
Alternée [?]
Forme de la feuille :
Allongée [?]
Contour de la feuille :
Lisse [?]
Présence de poils :
Oui
Inflorescence :
En épis / grappe [?]
Nombre de pétales :
Cinq
Couleur de la fleur :
Bleu

Noms français

Nom populaire: Thé d'Europe.
Nom anglais, flamand et allemand : Blue gromwell. Blauw parelzaad. Rotblauer Steinsamme.

Description détaillée

Le grémil est une plante vivace de 40 à 80 centimètres, à tige dressée, robuste, couverte de poils, rameuse à la partie supérieure.

feuille

Les feuilles, alternes, sessiles, ovales, allongées, légèrement hérissées de poils, sont vertes à la face supérieure, plus pâles à la face inférieure.

tige fleur

Les fleurs pourpres ou bleues, assez grandes, en grappes, s'épanouissent d'avril à juin (mi mars deja présentes dans le midi pyrénées). Le calice velu, à lobes étroits, atteint le milieu de la corolle à 5 lobes ovales-aigus étalés, velue à la gorge et couverte de petits poils à l'extérieur.

odeur

Distribution géographique

Dans les Pyrénées : Escarpements rocailleux, sous-bois clairs, broussailles, berges des ruisseaux.

Milieux

Le grémil est idéal pour les jardins secs et les rocailles.
Il est également adapté aux bords de mer.
Dans les régions froides, il est conseillé de pailler le grémil pour le protéger des frimas hivernaux.

Données autécologiques Utilisation

Médecine (propriétés)

Principes médicaux actifs contenus dans la plante: Sels minéraux, mucilages, pigments.
Vertus médicinales de la plante : Diurétique.

Cuisine

Il paraît que les jeunes feuilles se mangent, mais l'usage est peu attesté. Dans certaines tribus amérindiennes, on consommait les nucules. Les Nlaka'pamux de Colombie-Britannique mangeaient la racine d'une variété proche, le Lithospermum incisum. En France, la racine a servi à colorer le beurre.

Usages

Parties utilisées : On utilise les fruits et les feuilles.

Toutefois, c'est peut-être comme contraceptif que le grémil pourrait nous être de la plus grande utilité. Cet emploi traditionnel est attesté en Afrique et en Inde, de même que chez diverses nations amérindiennes, bien qu'on n'en trouve généralement pas mention dans les « matières médicales ». Surtout s'il s'agit de manuels produits par des religieux ou religieuses, cela va de soi.

C'était la racine qu'on prenait après l'avoir fait macérer dans l'eau froide. Le degré de stérilité obtenu variait en fonction de la dose et de la durée du traitement. Chez les Amérindiennes, la méthode traditionnelle consistait à prendre la macération pendant six mois, après quoi elles étaient supposées être infertiles pour toujours. Dans d'autres tribus, les femmes consommaient tout simplement un petit morceau de racine chaque jour.

Dans les années 1940, 1950, 1960 et 1970, on a mené pas mal d'expériences sur des animaux (souris et poulettes) et quelques autres sur des femmes, avec des résultats particulièrement convaincants, mais, pour des raisons obscures, elles n'ont jamais débouché sur des études plus poussées. On a notamment découvert que la plante inhibait l'hormone lutéinisante (ou gonadotropine B), dont le rôle est de provoquer la rupture des follicules et de favoriser la formation du corps jaune. Que, contrairement à ce que voulait la tradition, les fleurs et les semences étaient les parties les plus actives, les racines venant en troisième place, avant les feuilles ou la plante entière. Que les racines étaient plus efficaces si on les récoltait en septembre plutôt qu'en août. On a également mis au point un extrait lyophilisé qui, à l'abri de l'humidité, conserve sa pleine efficacité pendant une dizaine d'années. Bref, tout est en place pour que le grémil obtienne le plein statut de contraceptif humain, mais rien n'est fait pour qu'un extrait fiable soit accessible aux femmes qui souhaiteraient l'employer.

Origines du nom

Lithospermum signifie « graine de pierre », par allusion aux petites graines - des nucules, plus exactement - très dures que la plante produit à l'aisselle des feuilles.

Le nom français est composé de deux éléments, un premier au sens plutôt obscur, probablement « grès » ou « grâ », qui serait la forme languedocienne du mot « grain » et le deuxième, « mil », de « millet ».

On l'a aussi appelé « herbe aux perles » (toujours à cause de ses petites graines dures qui, dans le cas de quelques espèces, sont blanches), « thé d'Europe, de Croatie ou de Fontainebleau » (probablement parce que son infusion a déjà été en vogue), « herbe aux yeux » (en raison de l'un de ses usages médicinaux), « graines de lutin » (au Québec seulement, semble-t-il, à cause du pouvoir qu'on lui attribuait de dissoudre les calculs,...) et « chérie ».
En plus du nom commun gromwell, dérivé du français, les anglophones l'appellent parfois puccoon, mot emprunté en fait à une langue algonquienne parlée dans l'État de Virginie.

Dictons anecdotes

Entre le mercure que, dans la Chine ancienne, on devait faire frire toute une journée dans l'huile avant d'en avaler l'équivalent d'une graine de jujube - ce qui avait pour effet, au mieux, de vous rendre folle -, les crottes de crocodile séchées qu'en Égypte on absorbait, probablement en conjonction avec une colonie de coliformes létaux, et les innombrables potions à base de plantes vénéneuses qu'on a prises au fil des siècles et dont une dose juste un peu trop élevée suffisait à vous envoyer au tombeau, le grémil fait figure de contraceptif idéal. En outre, comme ses principes actifs ne sont pas des substances hormonales, il ne provoque aucun des effets indésirables associés aux anovulants de synthèse.

De plus, à cause de son action particulière sur les autres hormones sécrétées par le lobe antérieur de l'hypophyse, on croit qu'il pourrait être utile dans le traitement de l'hyperthyroïdie, la maladie de Graves-Basedow, notamment, qui afflige tout particulièrement les femmes et qui se manifeste par l'apparition d'un goitre exophtalmique on ne peut moins esthétique.

Protection

Article wiki sous licence Creative Commons - Modifié le 06 December 2012 - Historique - Discuter de cet article

Quelques photos de Grémil pourpre bleu

fleur des champs
Buglossoides purpurocaerulea
Buglossoides purpurocaerulea
Grémil pourpre-bleu
Grémil pourpre-bleu
Grémil pourpre-bleu
Grémil pourpre-bleu
Grémil pourpre-bleu
Chercher dans Visoflora
Application Visorando pour Android
Plantes à identifier au hasard
12 visiteurs connectés