Mousses et hépatiques

Les Mousses et les Hépatiques sont 2 groupes de plantes qui, il n'y a pas si longtemps encore, étaient réunis dans l'embranchement des Bryophytes. Dans le cadre de la classification phylogénétique actuelle les Hépatiques ne sont plus des Bryophytes, groupe comprenant dorénavant uniquement les Mousses. Néanmoins, les 2 groupes vont continuer à être réunis dans cet album sur la base des caractères communs utilisés dans le passé pour les classer, indépendamment de la valeur systématique actuelle de ces caractères.
Les Mousses et les Hépatiques sont des plantes vertes pluricellulaires, le plus souvent terrestres, à tiges feuillées sans véritables vaisseaux conducteurs et à cellules sexuelles produites dans des organes qui ne sont pas des fleurs.
La petite taille des Mousses et des Hépatiques, le plus souvent quelques cm à plus d'une dizaine de cm est imposée, en milieu aérien, par l'absence de vaisseaux conducteurs et distributeurs de sève dans les organes. Les cellules des feuilles et des tiges s'approvisionnent en substances minérales nutritives en absorbant l'eau mouillant la surface externe des cellules périphériques. Ces plantes n'ont pas de véritables racines, mais elles peuvent montrer des filaments à la surface du support, des rhizoïdes. La vie active des Mousses et des Hépatiques nécessite la présence d'eau au contact des organes. Certaines vivent dans des milieux humides toute l'année ou pendant une saison humide assez longue. D'autres s'installent sur des supports se desséchant rapidement, humides une partie de l'année seulement comme les troncs d'arbre, les rochers, les murs ... : beaucoup forment des colonies serrées emmagasinant et retenant efficacement l'eau pendant une durée plus ou moins longue. Elles peuvent survivre à une déshydratation poussée pendant les saisons sèches plus ou moins recroquevillées. Les Mousses et les Hépatiques, végétaux peu exigeants, peuvent s'installer sur des supports défavorables aux autres végétaux chlorophylliens, ce sont des plantes pionnières parmi les premières à s'installer sur un support minéral dénudé.
Beaucoup de Mousses et d'Hépatiques étendent leur territoire, à la surface de leur support, par croissance des tiges et autres organes rampants ou par multiplication végétative asexuée. Certaines d'entre elles produisent à leur surface des propagules, des corpuscules pluricellulaires émis par les tiges des Mousses ou la surface des lanières des Hépatiques à thalle, capables de donner de nouvelles plantes. La dispersion des propagules, lors de l'écoulement de l'eau, assure la dissémination des plantes.
Elles peuvent atteindre et peupler de nouveaux supports en dispersant autour d'elles des spores produites dans les capsules de sporogones lors de la reproduction sexuée. Chaque sporogone est le produit du développement d'un oeuf formé par l'union de 2 cellules sexuelles, l'une mâle (spermatozoïde) l'autre femelle (oosphère). Pendant la saison de la reproduction sexuée, les plantes mâles montrent des anthéridies productrices des spermatozoïdes, les plantes femelles des organes producteurs d'une oosphère. Après la fécondation (au cours de celle-ci les spermatozoïdes se déplacent dans l'eau recouvrant des pieds mâles et des pieds femelles proches), l'oeuf se développe en sporogone sur le pied femelle.
Les spores sont formées dans la capsule des sporogones. La capsule du sporogone de la plupart des Mousses est fermée par une sorte de bouchon, l'opercule, qui tombe à la maturité des spores ainsi dispersées. Les capsules mûres des Hépatiques et de quelques Bryophytes s'ouvrent différemment : elle se déchire en un petit nombre de valves (entre 3 et 6) qui se rabattent vers l'extérieur.
Le mode d'ouverture de la capsule, caractère distinctif important des Mousses et des Hépatiques, n'est pas observable toute l'année. Le plus souvent l'examen des caractères de l'appareil végétatif suffit à les distinguer. Celui des mousses est une tige feuillée plus ou moins ramifiée. Les Mousse acrocarpes (étymologie : "fruit" à l'extrémité) des tiges dressées, peu ramifiées, avec des feuilles tout autour et les sporogones insérés au bout des tiges. Les mousses pleurocarpes (étymologie : "fruit" sur le côté)ont des tiges ramifiées couchées sur le support avec les feuilles sur les côtés et les sporogones insérés le long de la tige sur le dessus. Les Sphaignes sont des Bryophytes des lieux humides à tiges dressées souvent serrées à sporogone sans soie, constitué de la seule capsule. La capsule s'ouvre par un opercule. Les Andraea sont des Mousses à capsule également sans soie mais qui se déchire en 4 valves pour libérer les spores.
L'appareil végétatif des Hépatiques est soit une tige feuillée semblable à celles des mousses mais souvent aplatie avec des feuilles embrassant la tige sur 2 rangées ("Hépatiques à feuilles") soit des rubans ramifiés ou des disques rappelant certaines algues vertes ("Hépatiques à thalle").
Les Mousses et les Hépatiques sont considérées comme les premiers végétaux à s'être installés, pendant l'ère primaire, à la surface des continents jusqu'alors stérile. De nos jours elles continuent à peupler les milieux terrestres peu favorables à la vie des plantes vasculaires plus grandes.

Article wiki sous licence Creative Commons - Modifié le 08 décembre 2013 - Historique - Discuter de cet article
Créé et mis à jour par bibi, Pelot

Quelques photos de Mousses et hépatiques

mousse rouge
mousse
identification svp
Tortula muralis
Pogonatum aloides
Fissidens serrualtus
Reconnaître un cryptogame (mousse ou lichen)
Grimmia?
Chercher dans Visoflora
Application Visorando pour Android
Plantes à identifier au hasard
23 visiteurs connectés dont 1 Visoflorien : bigmoustaches21